Le Honduras

La République du HONDURAS est un pays d’Amérique Centrale entre la Mer des Caraïbes au Nord et l’Océan Pacifique au Sud (Golfe de Fonseca), bordé au Sud-ouest par le Salvador, au Sud-est par le Nicaragua et à l’Ouest par le Guatemala.

Honduras_carte

 

drapeau

Adopté en 1866, le drapeau du Honduras possède trois bandes horizontales. Les deux extérieures sont bleues et la centrale blanche. Elles représentent la situation géographique du pays : la bande blanche évoque la terre au milieu des deux mers, la Mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique. La couleur blanche est aussi le symbole de la paix ainsi que de la prospérité. En son centre, il y a cinq étoiles qui rappellent les cinq pays des provinces unies d’Amérique Centrale.

 

Données géographiques

  • Superficie : 112 492 km²
  • Capitale : Tégucigalpa (2 007 006 habitants selon l’INE en 2013)
  • Villes principales : San Pedro Sula (capitale économique), La Ceiba
  • Langue officielle : espagnol
  • Monnaie : Lempira
  • Fête nationale : 15 septembre

Données démographiques

  • Population : 8 264 000 habitants (FMI 2014)
  • Densité : 73,5 habitants/km²
  • Croissance démographique (taux annuel) : 1,84 %
  • Espérance de vie : 73 ans (PNUD 2015)
  • Taux d’alphabétisation : 85 % (Banque mondiale 2012)
  • Population vivant en dessous du seuil de pauvreté : 61 % (2013)
  • Indice de développement humain : 0,609 (131e rang sur 188, selon le classement du PNUD 2015)

Données économiques

  • PIB (FMI 2015) : 20 Mds $
  • PIB par habitant (FMI 2015) : 2 365 $
  • Taux de croissance (FMI 2015) : 3,5 %
  • Transferts d’argent des migrants (DG Trésor 2013) : 3 milliards de dollars, soit 15 % du PIB
  • Taux de chômage (FMI 2015) : 4,5 %
  • Taux d’inflation (FMI 2015) : 3,8 %
  • Solde budgétaire (FMI 2015) : – 2 % du PIB
  • Solde commercial (OMC 2014) :- 3,3 milliards USD
  • Principaux clients : Etats-Unis (35,5 %), Union européenne (20 %), Salvador, Guatémala
  • Principaux fournisseurs : Etats-Unis (42 %), Guatémala, Salvador, UE (6 %), Mexique (5,7 %)
  • Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (Banque mondiale 2014) : agriculture : 13,8 % ; industrie : 26,4 % ; services : 59,8 %
  • Exportations de la France vers le Honduras : 34,6 M€ en 2014 (15,7 M€ en 2013) Importations françaises depuis le Honduras : 85,5 M€ en 2014 (62 M€ en 2013)

           Site de la mission économique au Guatémala : http://www.tresor.economie.gouv.fr/se/guatemala/

 

POLITIQUE INTERIEURE

Les élections présidentielles du 24 novembre 2013 ont maintenu le parti National au pouvoir : Juan Orlando Hernandez l’a emporté avec 36,8 % des voix devant Xiomara Castro (épouse de l’ancien Président Zelaya) pour le partido Libre (28,8 %), Mauricio Villeda pour le partido Liberal (20,3 %) puis Salvador Nasralla pour le parti anti-corruption, PAC (13,4 %). Juan Orlando Hernandez a été officiellement proclamé Président de la République par le tribunal suprême électoral le 11 décembre 2013.

Le Congrès se compose désormais de quatre grandes forces politiques disparates. Le parti National n’y dispose plus la majorité absolue (48 députés, contre 71 pendant la législature précédente). Le parti Libéral compte 27 sièges, le parti Libre (de Manuel Zelaya) 37 sièges et le parti anti-corruption 13 sièges.

Juan Orlando Hernandez a pris ses fonctions le 27 janvier 2014. Il s’est engagé à réduire la criminalité et l’insécurité minant le Honduras. Les deux autres volets de son programme concernent « une vie meilleure » : relance économique et création d’emplois ; lutte contre la pauvreté et aide aux plus démunis.

Le Président Hernandez a souhaité faire monter en puissance la police militaire (environ 3 000 membres formés en 2014 en coopération avec la Colombie et le Mexique) et créer une force de sécurité interinstitutionnelle (FUSINA). Si le pays détient encore un des taux d’homicides par habitant les plus importants au monde, l’observatoire indépendant de la police nationale, placé au sein de l’Université nationale autonome du Honduras (UNAH), a enregistré une baisse sensible de cette indice entre 2013 (75 homicides pour 100 000 habitants) et 2015 (56 pour 100 000).

 

SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE

Les élections présidentielles du 24 novembre 2013 ont maintenu le parti National au pouvoir : Juan Orlando Hernandez l’a emporté avec 36,8 % des voix devant Xiomara Castro (épouse de l’ancien Président Zelaya) pour le partido Libre (28,8 %), Mauricio Villeda pour le partido Liberal (20,3 %) puis Salvador Nasralla pour le parti anti-corruption, PAC (13,4 %). Juan Orlando Hernandez a été officiellement proclamé Président de la République par le tribunal suprême électoral le 11 décembre 2013.

Le Congrès se compose désormais de quatre grandes forces politiques disparates. Le parti National n’y dispose plus la majorité absolue (48 députés, contre 71 pendant la législature précédente). Le parti Libéral compte 27 sièges, le parti Libre (de Manuel Zelaya) 37 sièges et le parti anti-corruption 13 sièges.

Juan Orlando Hernandez a pris ses fonctions le 27 janvier 2014. Il s’est engagé à réduire la criminalité et l’insécurité minant le Honduras. Les deux autres volets de son programme concernent « une vie meilleure » : relance économique et création d’emplois ; lutte contre la pauvreté et aide aux plus démunis.

Le Président Hernandez a souhaité faire monter en puissance la police militaire (environ 3 000 membres formés en 2014 en coopération avec la Colombie et le Mexique) et créer une force de sécurité interinstitutionnelle (FUSINA). Si le pays détient encore un des taux d’homicides par habitant les plus importants au monde, l’observatoire indépendant de la police nationale, placé au sein de l’Université nationale autonome du Honduras (UNAH), a enregistré une baisse sensible de cette indice entre 2013 (75 homicides pour 100 000 habitants) et 2015 (56 pour 100 000).

 

POLITIQUE EXTERIEURE

Historiquement, le Honduras entretient des relations étroites et privilégiées avec les Etats-Unis, qui n’avaient pas rappelé leur ambassadeur après le coup d’Etat du 28 juin 2009. Ils sont le premier partenaire commercial du Honduras (accord régional de libre-échange CAFTA-DR signé le 1er avril 2006), et les transferts financiers des migrants installés aux USA (12 % des Honduriens, soit plus d’un million de personnes, vivent aux Etats-Unis) représentent 15 % du PIB. Le Honduras entretient de bonnes relations avec le Mexique, celui-ci étant devenu, en flux, le premier investisseur étranger dans le pays (26 % des IDE avec 276 MUSD), devant les Etats-Unis.

Le pays a normalisé ses relations avec l’ensemble de la région latino-américaine, mais le différend frontalier autour du Golfe de Fonseca (océan Pacifique) revient régulièrement à la une des journaux. Malgré une décision de la Cour internationale de justice (CIJ) en 1992, le Salvador continue de revendiquer la souveraineté sur l’île de Conejo, actuellement sous autorité hondurienne.

Le Honduras, qui entretient des relations diplomatiques avec Taïwan, a procédé dernièrement à un rapprochement avec la Chine, notamment sur le plan commercial. Le Président hondurien s’est rendu en Corée, au Japon et à Taiwan en juillet 2015.

L’Union européenne et ses Etats-membres sont le principal pourvoyeur d’aide au Honduras : l’aide communautaire pour 2014-2020 s’élève à 235 M€ (223 M€ pour la période 2007-2013). Avec les autres pays du Système d’intégration centraméricain (SICA), le Honduras a signé et ratifié l’accord d’association Union européenne-Amérique centrale (14 janvier 2013), destiné à dynamiser les liens économiques et commerciaux entre nos deux régions. Son volet commercial, qui est déjà appliqué depuis le 1er août 2013, a permis une forte diminution de droits de douane.

 

 

Sources : Site du MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/honduras/presentation-du-honduras/ – Mise à jour 18/01/2016